L… cLac….fLoc

Un Long hurLement La réveiLLe. ELLe se Lève siLencieusement, gLisse ses orteiLs dans Les pantoufLes au pied du Lit, avance siLencieusement sur Le carreLage, s’immobiLise, reste Là, L’oreiLLe tendue…… ELLe attend, en aLerte……

Un « cLac » dans Le saLon, suivi un « fLoc » mou sur Le soL Lambrissé ….. L’obscurité du couLoir Lui infLige Le sentiment d’être aveugLe … ELLe sent un Lent dépLacement, L’air onduLe au passage de L’intrus..

Nourrie de Littérature poLicière, de poLars haLetants et de thriLLers sangLants, eLLe sait qu’un horribLe maLfaiteur L’a éLue pour assouvir ses crueLLes puLsions. ELLe hurLe en siLence, paraLysée de terreur, anticipant L’intrusion et Le Linge imbibé de chLoroforme pLaqué sur son nez pour L’immobiLiser. IL va L’enLever, L’emmener dans un Lieu éLoigné, un cLoaque innommabLe, où iL jouera d’eLLe à Loisir, Lui infLigeant réguLièrement vioLs et vioLences, pour finaLement, Lassé de ces jeux maLsains,  L’abandonner à une Longue agonie soLitaire.

ELLe entend à nouveau cet imperceptibLe frôLement dans L’ombre gLauque du couLoir. Son corps L’abandonne, ses jambes fLageoLent, eLLe s’écrouLe, fLottant dans un brouiLLard troubLe d’angoisse.

Un souffLe près de son oreiLLe, L’air frémit d’une présence invisibLe et d’autant pLus terribLe… ELLe bLoque sa respiration haLetante, son esprit se rebeLLe, eLLe voudrait Lutter, mais eLLe a oubLié ses Leçons de seLf-défense, eLLe n’est pLus qu’une Loque affoLée, une Larve paLpitante.

IL est Là, iL L’effLeure. Une Longue pLainte suppLiante Lui échappe Lorsqu’iL paLpe Légèrement ses yeux cLos, et qu’un siLLon frais et humide gLisse Le Long de sa joue. Mais… ce drôLe de ronfLement…. BrutaLement, eLLe ouvre Les yeux, Le mince rayon de Lune fiLtrant par Les jaLousies Lui Laisse entrevoir deux Lueurs, deux écLairs d’un bLeu profond.

Et Là, simuLtanément, le ronronnement s’arrête, un « Mrrrroooo? » L’interpeLLe, suivi d’un Long miauLement qui se mêLe  à un nouveau huLuLement de La huLotte dans Le pLatane voisin.

En un écLair , eLLe récapituLe : Le cLac de La Lucarne, Le fLoc de L’atterrissage d’AchiLLe, féLin imposant et impériaL, dont Le Long poiL sembLe fLotter Lorsqu’iL se dépLace. AchiLLe de retour de L’un de ses innombrabLes péripLes, AchiLLe, qui émet un « Miou? » incréduLe devant Le spectacLe de CLéo, Lèvres ouvertes sur un irrépressibLe fou-rire, Les Larmes ruisseLant sur ses joues, qui L’enLace foLLement, souLagée, et qui jure soLenneLLement de ne pLus Lire dans son Lit, à L’avenir, que des bLuettes fLeur-bLeue, dégouLinantes de sentimentaLisme.

Pour marque-pages : Permaliens.

22 réponses à L… cLac….fLoc

  1. dimdamdom59 dit :

    Je ne sais plus si j’ai fait envoyer à mon message lol!!!

  2. dimdamdom59 dit :

    Waouh j’en ai eu des sueurs jusqu’à la fin 🙁
    Bravo pour tes talents d’écrivain!!!
    Bon fais quand même attention à toi, si tu entends des bruits on ne sait jamais 😉
    Bisous du bout du monde!!!
    Domi.

  3. krislizz dit :

    bon moment de délire en compagnie du chat
    bon jeudi

  4. Heidi dit :

    quelle aisance dans tes écrits, je préfère le chat en fin, c’est flippant son délire, belle nuit et doux rêves, bisous☼

  5. Sonya dit :

    ben heureusement que le chat l’a tiré de ce moment de délire
    alors elle prend de belles décisions pour ne plus refaire cette soi disant erreur de lire dans son lit (sourires)
    on verra si elle tiendra promesse
    belle soirée à toi
    je vois que ta muse t’inspire
    bravo

  6. chemin-je-t-aime dit :

    C’est …palpitant, frémissant, succulent à lire !
    A bientôt ……..

  7. Clo dit :

    Réponse à ta question sur la racine de mandragore.
    Avec un couteau tu râcles la pulpe de la racine, tu la travailles bien de façon à l’amener à consistance de pâte et tu étales sur la partie douloureuse .
    Ou bien, si tu as peur d’en mettre trop ou si la surface à traiter est trop grande , tu rafraîchis la coupe au fur et à mesure que tu traces des verticales et des horizontales (une grille, en fait ).
    1fois par jour pendant 15jours.
    Attention, ça brûle, ça cuit, mais c’est normal et ça passe.
    Bon pour l’arthrite, l’arthrose , les douleurs musculaires etc …
    NB : quand on en met un peu trop, cela crée de légers vertiges, mais il n’y a pas d’intoxication en usage externe.
    Tu essaies et tu trouveras de toi-même le dosage qui te convient.
    Bises au soleil 🙂

  8. Histoires d’animaux…quel suspens…Ma langouste n’en dira pas autant

  9. Clo dit :

    L’obscurité excite bigrement l’imagination 😉
    J’adore la chute 🙂
    Bises la miss

  10. mamalilou dit :

    vlà comment c’est envoyé! tro dar!
    euh pardon… mes djeuns dé-teignes euh teignent (lapsus), sur moi…
    merci pour ce partage enlevé
    bisous (mais non, sont gentils mes djeuns…)

  11. caramelou le rouquin dit :

    Superbe Cath , tu es très douée !!
    gros bisous

  12. jazzy57 dit :

    J’adore , Littéralement !
    La chute est irrésistible et le suspens haletant .
    Bonne soirée
    Bisous

  13. jean-marie dit :

    bonjour, ma Croc
    oui, tu nous a fait craindre le pire !
    un beau suspense
    et beaucoup d’ailes
    pardon, d’L !
    bon après-midi
    gros bisous d’amitié
    jean-marie

  14. Quichottine dit :

    J’adore !!!
    Tu m’as fait peur, sais-tu ?
    Mais j’ai adoré la fin de ton récit. Ouf !!!

    Bisous et douce journée, Dame Croc.

  15. Bravo Croc un excellent exercice, tu m’as mis en haleine jusqu’au bout, tout en plaçant un maximum de L et l’histoire est bien menée, j’avais quand même ma petite idée concernant un animal quelconque, mais de plus tu m’as rappelé mon enfance où mes nuits étaient peuplés d’imaginations de ce genre les plus diverses.
    Un cinq étoiles en cadeau
    Bisous et douce nuit
    Le Noctamplume

  16. Amaryllis dit :

    Quand l’imagination vous joue des tours !!! c’est fou ce que les L sont présents dans la langue française.. voilà une lettre précieuse au scrabble ! Bravo pour ton texte et bon dimanche

  17. marine D dit :

    Je rigole, je suis capable de prendre ce genre de frousse lorsque je me met à penser à des horribles personnages mystérieux qui frôlent les murs pleins de mauvaises intentions!
    Quand je me couche parfois (souvent) quand je suis seule dans la chambre, pieds nus je me dis il y a quelque chose sous le lit, un serpent, ou une forme innommable, qui va m’attraper les orteils, et je me jette dans le lit , je fourre mes arpions sous les couettes, et je me dis que tu es bête ma pauvre fille, mais c’est nullissime !

  18. fanfan dit :

    quel suspense : cela nous est arrivé une nuit ou l’autre ,de s’affoler pour rien!
    Un beau récit , bien mené avec ce « l »!

  19. Aliselle dit :

    Chapeau bas!…
    Bisous pluvieux de Lyon aussi…

  20. epiceas dit :

    Serpolet, digitaLes, tu es plus inspiré que moi ! 😉
    Tu aurais pu ajouter les myrtiLLLLLLLLLLLes… héhé… 😉
    Tes 2 L sont bien travaillés, instructifs et inspirés là aussi…
    Chapeau !
    Un petit coucou d’Auvergne, sous la pluie et dans le froid (en France on se croirait à la Toussaints ou encore pire…)
    @+

  21. errances dit :

    J’ai rien dormis j’arrive pas a tout lire mais tu semble avoir de l’inspiration!!!!!!!!¨¨ On a peut-être vendu mais bas bas…on verra on attend l’agence. Bises

  22. Tu me semble bien inspiré(e) pour faire un pareil texte avec autant de L !!!! Bravo. Lolo

Répondre à Aliselle Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *