J’ai rêvé – 1

J’ai rêvé que je revenais au pays, bercée par la douce illusion que je me coulerais dans mes chaussures d’avant….. d’avant quoi ? D’avant, tout simplement. Sans idée précise de temps, sans repère, avant, c’est tout.

J’ai rêvé que j’étais à nouveau une femme seule, nichée dans un espace rien qu’à moi, entourée de mes livres, mes CD, de ces objets plus ou moins vieux, de plus ou moins de valeur, mais qui me composaient un environnement rassurant.

Pourquoi rassurant, alors que je n’avais rien à craindre?  Je ne sais pas, mais j’aimais à lever les yeux de mon livre, ou de mon clavier, regarder autour de moi, voir ma coupe en verre bleue, ou la statuette en porcelaine représentant une gymnaste, toute en finesse et en couleurs délavées, ou encore cette vieille boite en fer hexagonale, à motifs chinois, que mon grand-père utilisait pour y mettre son tabac, lorsque j’étais une petite fille, et alors je me disais « je suis chez moi, c’est bien »

J’aimais à faire un grand feu dans cette drôle de petite cheminée arrondie, dans un coin de la cuisine, m’asseoir dans le petit fauteuil crapaud qui lui faisait face, poser mes pieds sur le bord de la plaque chaude, ouvrir un bouquin, et laisser mon regard se perdre dans la fumée, ou laisser mon esprit s’évader par la fenêtre, et passer de longs moments de paresse bienheureuse, à goûter ce bonheur à nul autre pareil : savourer le silence, juste troublé par le craquement du bois dans l’âtre, respirer cette odeur de feu, de suie, dont je laissais avec bonheur s’imprégner ma vieille veste en grosse laine écrue, devenue grise au cours des ans, et dont j’aimais à m’envelopper, et que je ne lavais qu’une fois par an, tellement j’aimais son odeur : elle sentait la fumée, le tabac, elle sentait le papy, elle sentait mon enfance.

Et je me sentais rassurée, dans ce décor que j’avais créé, entourée de souvenirs et de fétiches, rassurée et assurée que rien ne pourrait m’arriver.

Je me plaisais à penser que si par malheur je perdais la vue, je pourrais évoluer sans risques dans ce cadre qui m’était familier au point de le ressentir comme une seconde peau, je pourrais sans erreur effleurer tel bibelot, ouvrir tel tiroir, feuilleter tel livre, et sentir l’odeur rassurante de ma vie.

Et ce mot qui revient sans cesse : rassurant, rassuré, assuré ……

Pour marque-pages : Permaliens.

15 réponses à J’ai rêvé – 1

  1. dimdamdom59 dit :

    Oh mais que c’est beau dis donc!!! Cette veste en grosse laine écrue, je l’ai portée aussi et tout comme toi je ne la lavais que très rarement c’était un peu comme le doudou dont les enfants ont du mal à se se séparer.
    Il m’est souvent arrivé de fermer les yeux pour me mettre dans la peau d’un aveugle et c’est fou comme on ressent les choses au détail près.
    Merci Kat de nous emmener avec toi dans tes songes.
    Bisous à toi et belle journée.
    Domi.

  2. jean-marie dit :

    bonjour, ma Croc,
    enfin, je suis arrivé sur ton blog !
    hier, impossible…
    un joli rêve-souvenir
    on a tous besoin d’être rassurés !bonne journée à vous
    à bientôt

    gros bisous

  3. Aliselle dit :

    Coucou Croc!
    Pour ce qui concerne la carotte sauvage, oui, les photos sont faites avec mon compact. En position « macro ». Je suis depuis toujours fascinée par le coeur étonnant de cette plante!… Et c’est la première fois que j’en vois un multiple comme celui de ma photo…
    Merci pour tes petits mots…
    Gros bisous et très belle fin de soirée

  4. jazzy57 dit :

    Beaucoup de ce qui nous entoure nous rassure, nous structure je comprends parfaitement ce que tu ressens .
    Un bien bel écrit
    Bisous

  5. errances dit :

    Cath, nostalgie te prends aujourd’hui??????? Les objets du passé laissés en chemin au fil de la vie te manque mais même si ils avaient une histoire, ce ne sont que des objets. Certains disent qu’ils ont une âme. Je pense que peut-être mais en définitive lors de notre dernier voyage que prendrons nous avec nous. Rien. alors ne soit pas nostalgique certains objet doivent t’accompagner un bon de chemin et s’en aller d’autres devront rester jusqu’au bout mais ta sécurité, tu la trouve en toi seulement..les souvenirs aussi….enfin je crois. Bisousssssssss

  6. mamazerty dit :

    et pourquoi au passé?tu manques d e repères peut être, les objets qui te parlaient et te rassuraient ne sont plus à tes côtés?

    • voay dit :

      C’était dans une autre vie. Le temps à passé, j ai vécu ailleurs, une autre vie, et j ai abandonné ces fétiches au bord du chemin, et il m arrive de repenser avec une pointe de nostalgie à cette époque où je m étais recinstruite en sortant d une longue et difficile période.

  7. flipperine dit :

    on a grand besoin de se sentir rassuré

  8. Quichottine dit :

    Comme à chaque fois que je te lis, je retrouve dans tes mots mes pensées… et c’est troublant.

    Mais j’adore ces moments où je me retrouve près de toi et où je crois pouvoir t’entendre me raconter.

    Merci, Croc.

    Nous avons tous besoin de ces mots… 🙂

  9. Aliselle dit :

    Pfffff… j’ai oublié un mot… (ou il n’a pas été enregistré!?) je suis « SURE »…
    Bisous bis… 😉

  10. Aliselle dit :

    je suis que nous sommes nombreux à nous retrouver dans ton texte de ce jour…
    Etre rassuré par tous ces objets qui nous parlent et nous transportent… ailleurs, avant…
    Savourer les petits bonheurs simples qu’ils nous procurent…
    Bisous

  11. marinelou dit :

    Nous avons tous besoin d’être rassurés, de garder notre part d’enfance comme une couette bien douce et qui réchauffe, en effet, et ne pas oublier ce qui nous a ouvert à la vie… Il est bien beau ton texte Kat
    Bisous

  12. lizagrèce dit :

    Le passé peut-être en effet rassurant. L’enfance en fait partie.
    Tout dépend aussi de son histoire personnelle.

  13. LADY MARIANNE dit :

    un joli billet où les objets souvenirs prennent une grande place-
    bon samedi- bisous de l’Aude-

  14. marie mathieu dit :

    Bonjour, j’ai vraiment apprécié ce billet, il me fait me souvenir à moi aussi de mon enfance…. Bonne journée MTH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *