J’ai rêvé – 2

J’ai rêvé, en cette nuit blafarde de pleine lune, qui inonde le paysage d’une lueur spectrale, accentuant le moindre relief, dessinant des silhouettes fantomatiques, j’ai rêvé qu’il avait neigé.

Et là, dans un silence glacé, la lune brillait, scintillante, dans un ciel d’un bleu foncé presqu’irréel, se reflétant à perte de vue sur les champs blancs, brillants de mille lueurs, dont les couleurs varient du blanc le plus pur à un bleu transparent.

J’ai rêvé que pas un bruit ne venait troubler l’immobilité de cette nuit hors du temps, hormis le bruit de mes pas. Parce que  j’avais ressenti une irrésistible invite à sortir, marcher dans ce silence , traverser ce paysage lunaire.

Emmitouflée dans de multiples épaisseurs de lainages, eux-mêmes recouverts de ma parka en duvet, un bonnet sur le crâne, le nez enfoui dans ma grande étole de laine, les poings au fond de mes poches, j’avançais, lentement, précédée de ma grande ombre filiforme, mon souffle formant un nuage blanc qui venait embuer mes lunettes, mes pas faisaient craquer la couche de neige sur le sol, en produisant ce son étouffé inimitable, et que l’on s’essaye malgré tout à reproduire, en pétrissant une boite de fécule de maïs.

Le vent agitait les branches des sapinettes de la haie, qui s’ébrouaient sous ce souffle glacé, laissant tomber des paquets de neige, qui venaient s’écraser à terre en chuintant, dérangeant un lapin que je voyais s’enfuir, presque invisible, son derrière blanc se confondant avec le sol.

Une voiture passe au ralenti, ses phares allumant deux lueurs phosphorescentes sur le bas-côté, et une ombre grise file devant moi : un chat  en maraude, sûrement un haret, un chat nanti d’un foyer ne se risquerait pas dans le froid.

Petit à petit, je m’aperçois que cette étendue blanche qui s’étire devant moi n’est pas uniforme. Les pattes du chat, celles des lapins, des oiseaux ont tracé la carte de tout un paysage nouveau, d’un monde qui n’appartient qu’aux petits animaux qui nous entourent, dont souvent on ignore qu’ils sont là, tout proches, mais dont, ce soir, leurs empreintes les trahissent..

Et là, plantée au milieu de ce champ, j’ai soudain envie d’imiter les loups, ces fauves qui me fascinent, j’ai envie de pousser un long hurlement face à la lune, envie de briser ce silence pour entendre ce hurlement résonner, et voir l’air se briser en milliers de perles de givre;

Mais non, je ne hurlerai pas, trop pétrie d’interdits, trop coulée dans ce moule de dite humanité. Je fais demi-tour, je reviens vers cette lumière jaune que j’aperçois, au bout du champ, promesse de chaleur.

Et je reprends conscience de ce qui m’entoure, je suis toujours assise devant mon livre, il fait frais, dans cette pièce, la lune est plus haut dans le ciel, j’ai rêvé qu’il avait neigé ……

Pour marque-pages : Permaliens.

16 réponses à J’ai rêvé – 2

  1. Myo dit :

    Hurler à la lune, j’en ai rêvé longtemps.
    A chaque fois, ce cri meurt à l’intérieur. La sensation que tu décris, cette envie je l’ai eu..je l’ai encore parfois..
    😀 quand vient l’automne et que les tapis de feuilles recouvrent le sol, je pars en balade et là seule au milieu des champs et des bois, je saute dedans, pour encore une fois les voir s’envoler autour de moi.
    Et puis quand la pluie se calme, j’enlève mes chaussures et je marche pieds nus, dans l’herbe et je me sens, étrangement Vivante….
    Chuuut….Faut pas le dire, ça ne se fait pas… 😉
    Bisous
    Myo-Flo

  2. marinelou dit :

    Oser pousser un cri venant du fond de son être, hurler dans la nuit noire, notre coeur est empli de cris retenus, et ils nous rongent parfois…
    Je suis heureuse que tu te sois réveillée mais les images demeurent de ces petits êtres qui vivent et souffrent, comme nous…

  3. florence dit :

    Florence -Testé pour vous
    Bonjour…pour le film l’affrontement, c’est juste mon opinion…ma fille qui l’a aussi vu l’a trouvé super…puis lorsque l’on regarde les critiques, elles sont bonnes…c’est peut-être moi qui n’étais pas réceptive ou j’en demandais trop…mais bon, je campe sur mes positions « film qui ne sert à rien, n’apporte rien à l’histoire »…
    Tu streaming à fond ? Moi, je télécharge…en ce moment, je me suis téléchargée les 6 saisons de « Soprano »..l’histoire d’une famille mafia…j’en suis à la saison 3 et j’avoue que j’adore…des gangsters, des crimes, des complots…J’aime beaucoup beaucoup. Comme en plus ça date d’un moment, il y a les 6 saisons et c’est fini, pas de 7ème ou de saisons à attendre…c’est fini fini.
    Je dois aller au cinéma ce soir ou demain voir Lucie, le dernier Besson..J’espère que c’est bien…en tous cas la bande annonce donne grave envie.
    Allez, je file..Je te souhaite une très bonne journée…il fait soleil par chez vous ? nous, c’était oui jusqu’à voilà 5 mn, mais là, ça se gâte un peu…mais ça ne va pas durer, le soleil va revenir, oui, oui, j’en suis sure

  4. fanfan dit :

    Un très beau texte à lire . Drôle de rêve en été!
    On dit chez nous que lorsqu’on rêve de neige, c’est de l’argent qui va rentrer .. Je suis terre à terre!

  5. Kri dit :

    Bon jeudi Croc

  6. Petite Jeanne dit :

    Un rêve, en éveil ou non, est toujours un voyage vers d’autres cieux, ces cieux qui n’ont pas d’interdits!…
    C’est pas mal un seul blog.
    Bonne semaine dans ton pays lointain…

  7. jazzy57 dit :

    Un rêve dans lequel je me suis plongée avec beaucoup de plaisir revoyant ce qui a fait défaut cet hiver, cette neige aux mille signatures de vie .
    Merci pour ce tres beau billet
    Bonne journée
    Bisous

  8. Kri dit :

    Bonne fin de WE Croc

  9. caramel dit :

    Ne pleures pas , être tout à fait hors du moule ne doit pas être facile à vivre !
    gros bisous Cath

  10. Quichottine dit :

    Que te dire ?

    Juste que tu me fais rêver aussi… et que le réveil est difficile.

    Il y a très longtemps, au tout début de mes expériences bloguesques, je lisais quelqu’un d’extraordinaire qui hélas a décidé un jour d’arrêter de partager avec nous ce qu’elle écrivait.

    Dans l’un de ses textes, elle nous racontait comment elle était partie en voiture un jour, qu’elle s’était arrêtée dans un lieu isolé, et, qu’au milieu d’un champ, elle avait crié sa douleur…

    J’entends encore son cri et le leitmotiv de son texte…
    « est-ce que ça crie un veau marin ? »

    … un veau marin… un phoque…
    Oui, ça crie… mais lorsque nous sommes tristes, si tristes, si en colère parfois, notre cri se fait silence et nous tord les boyaux.

    Sommes nous faits de tout ce que nous n’avons pas crié ?

    Je suis contente que ce ne soit qu’un rêve…
    Prends bien soin de toi ma Croc. Je t’embrasse très fort.

  11. errances dit :

    Cath, parle pas déjà de neige elle va venir assez tôt et au lieu de de faire rêver elle va te faire fulminer…..et moi aussi. Bises

    P.S bel écrit

  12. Kri dit :

    Un très beau texte, bien rythmé et bien agréable à lire
    Très bon We Croc

  13. marie mathieu dit :

    Très beau texte, poétique, j’aime beaucoup, bonne journée Amitiés MTH

  14. florence dit :

    Florence – Testé pour vous
    Bonjour…oh comme j’ai aimé te lire…J’y étais, à tes côtés…mais ensemble, on hurlait à la lune…si, si, je me voyais bien le faire (je l’ai déjà fait d’ailleurs)…et ça fait du bien, tu ne peux pas imaginer…bravo pour cet écrit, j’aime beaucoup.
    Et au fait, ta fesse, ça va ?…ça fait longtemps qu’on n’avait plus de nouvelle…c’est que ça ne doit plus être arc en ciel hein ?
    Allez, je file, je te souhaite une très bonne journée…et l’orage, l’a éclaté ou pas ?

  15. flipperine dit :

    un très beau texte mais je préfère voir le soleil que la neige

  16. jean-marie dit :

    bonsoir Croc,
    Ton texte est magnifique,
    un très beau poème !
    dans un prose rythmée si agréable
    merci
    bonne soirée
    gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *