Elles – 7

Et, de jour de travail en week-end paresseux, arrive tout doucement le mois de décembre….. avec le traditionnel repas de fin d’année, qui aura lieu cette année au bord de la mer. Ainsi en a décidé le grand chef, le patron, qui a réservé repas et chambres dans une auberge au bord de l’eau. « Elle n’est pas grande l’auberge, annonce-t-il, il faudra partager les chambres …. Bah, c’est la fête, on aura l’impression de retourner en pension…. » Et c’est une bande de cinquantenaires en goguette qui envahit la calme auberge, de joyeux lurons qui ne pensent qu’à s’amuser. Elena et Joni se mêlent gaiement aux festivités, prennent part aux jeux de colin-maillard, aux devinettes et quizz divers qui se déroulent avec de grands éclats de rire. Repas bien arrosé, départ en boite de nuit, tout le monde empilé dans le 4×4 du grand chef, dans le coffre, entassés sur le sol entre les sièges et toujours ces fou-rires, qui dureront jusqu’à la fermeture de la boite, quand on les met gentiment dehors.

Et qui reprennent de plus belle quand le chauffeur annonce en pleurant de rire qu’il a perdu son chemin : « avec tous ces ronds-points, je ne sais plus où je suis… « Pas grave, ses passagers ont entonné une chanson à boire, on peut tourner en rond jusqu’au bout de la nuit, cela leur est complètement égal…

Le réveil, quelques petites heures plus tard, sera difficile, et ce sont des personnages hagards qui se retrouvent devant les tasses de café du petit déjeuner… L’ambiance est moins festive, et les quelques mots échangés le sont à mi-voix. On prend garde à ne pas heurter la vaisselle et à éviter tout bruit intempestif., afin de « ne pas  déranger le Kangourou dans le crâne » pour reprendre l’expression imagée de  l’un d’entre eux ; Joni et Elena sirotent leur café en silence, puis avec un bel ensemble, saluent leurs compagnons de fête, arguant de la route à faire et des enfants qui doivent les attendre, pour s’éclipser avant les autres.

Le trajet de retour s’effectue toujours en silence, un silence tendu. Elles évitent de se regarder, échangent quelques propos polis, trop polis, et tout à fait impersonnels. Aux yeux de Lou, qui fait le trajet de retour avec elles, elles semblent l’une et l’autre sur leurs gardes….. Joni dépose Elena chez elle, refuse le café que lui propose son amie, repart sur les chapeaux de roues. Le cabinet est fermé pendant les fêtes, tant mieux ; une semaine passera sans qu’elles ne se téléphonent ou ne se rendent visite. A leurs enfants qui s’en étonnent, elles répondent qu’elles ont eu une petite dispute sans importance, et qu’elles ont besoin de se retrouver un peu seules…

 A Emma qui s’étonne également, Elena confie qu’elle ne comprend pas ce qui lui arrive :   « tu comprends, nous partagions bien sûr la même chambre et, quand nous sommes rentrées à l’auberge, nous nous sommes écroulées sur le lit. Je n’ai pas le souvenir de m’être déshabillée, ni glissée entre les draps. Mais le matin, je me suis réveillée dans les bras de Joni, la tête sur son épaule, le nez dans ses cheveux et j’étais si bien… j’avais le sentiment d’avoir enfin trouvé ma place, de n’avoir vécu que pour ce moment, je n’osais pas bouger, j’étais si bien, répète-t-elle…. . C’est la première fois que ça m’arrive, ce genre de truc, tu le sais. Et puis j’ai senti qu’elle était éveillée, elle a resserré ses bras autour de moi, et puis soudain elle m’a lâchée, a bondi sous la douche, et s’est habillée sans un mot. Non, je ne me souviens pas de ce qui a pu se passer cette nuit là. Joni ne me répond pas quand j’essaie de lui téléphoner, je n’ose pas aller lui rendre visite, j’ai peur qu’elle ne m’envoie balader, mais  je ne comprends pas ce silence …. » Emma ne répond pas, change de sujet, entreprend de raconter avec sa vivacité et son humour habituels les dernières frasques de sa fille, puis salue sa sœur.et s’en va….

A suivre

Pour marque-pages : Permaliens.

10 réponses à Elles – 7

  1. fanfan dit :

    Une situation embarrassante qui va peut-être changer pas mal de choses entre les deux amies …Elles refusent ce qui leur arrive … On verra bien ..

  2. flipperine13 dit :

    quelle histoire à rebondissement

  3. jazzy57 dit :

    J’espère que le kangourou dans le crane ne va pas briser les liens tissés , j’attends avec impatience la suite .
    Bonne soirée
    Bisous

  4. Aliselle dit :

    Tu nous laisses haletants en attente de la suite… Bon, je sais c’est le rôle des points de suspension… Mais là, c’est pire que dans une série télé!… Vite vite… la suite! 😉
    Bisous

  5. Myo dit :

    Oups…
    Un kangourou dans la tête, forcément…
    A la suite…
    Belle journée !!
    Myo-Flo

  6. florence dit :

    Florence – Testé pour vous
    J’espère vraiment qu’elles vont se retrouver…en discuter, échanger et peut-être même finir par vraiment s’aimer…après tout, peut-être que c’est ça leur bonheur, sauf qu’elles ne le savent pas encore…alors oui, oui, la suite bientôt hein ?
    Allez, je file…passe une très bonne journée, à très bientôt et ça sera sans soleil pour moi…pluie et pluie et peut-être euh..pluie !

  7. jean-marie dit :

    bonsoir, ma Croc
    de plus en plus passionnant,
    intrigant
    et toujours une écriture magnifique
    qui nous fait rêver de tes personnages,
    intéressants
    et quelque peu parfois
    inquiétants….

    bonne soirée à vous deux
    gros bisous

  8. marinelou dit :

    Ah ah, ça se corse !
    Zibous Croc

  9. mariemathieu dit :

    J’imagine, enfin j’espère que l’amitié va perdurer, la suite bientôt. Bisous MTH

  10. Quichottine dit :

    Ah….
    On peut tout imaginer. J’espère pourtant que cette nuit ne va briser cette belle amitié.

    Vite, la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *