La campagne

Pour le défi N° 88 de Ghislaine(clic) qui nous demande de parler de la campagne et/ou d’utiliser les mots :
Appuyé, tronc, effiloché, tenue, pourtant, risque, suite, visite.

La vie à la campagne… Je ne sais plus si j’aime ou si je déteste.

Le calme, la nature, le chant des oiseaux, les champs, les vaches, les fleurs, ça, c’est le côté idyllique.

Pourtant, la campagne, ce n’est pas que cela. Dans certain village de ma connaissance, au fin fond de la campagne Aquitaine, la vie s’est arrêtée au siècle dernier. Bien sûr, la technologie y est arrivée, on y voit même des voitures, mais les mentalités….

Ami qui viens en visite, si tu es étranger au village, ne prends pas le risque d’avoir une tenue qui, si elle te plaît à toi et si tu t’y sens à l’aise, te vaudra des regards appuyés sur ta tignasse ébouriffée, ton sac à franges, tes pataugas effilochées, ton blouson en patchwork… Et les commérages iront bon train sur ton âge, ton comportement, ta façon de bouger, de parler, tes fréquentations. Et si par la suite, tu restes vivre dans ce joli petit village, séduite par la joie de vivre de cet homme que tu as rencontré lors d’un concours de lancers de troncs, attraction phare d’un festival champêtre, et qui deviendra ton compagnon, là, peut-être, on t’acceptera, à la longue….. Peut-être…..

La vie dans un petit village de campagne , vois-tu, s’accompagne d’une longue période d’acclimatation, tu resteras longtemps l’étrangère, jusqu’au moment où l’on apprendra que ton arrière grand-père est enterré dans ce joli petit cimetière, là-haut, sur la colline. Et on te dira enfin « ah, mais tu es d’ici, alors ? »

Pour marque-pages : Permaliens.

7 réponses à La campagne

  1. J’ai vécu dans ce genre de village où l’on est observé par tous, surtout toutes. Tu décris bien l’atmosphère et les difficultés à se faire accepter. Bisous

  2. Ghislaine dit :

    Ah Croc, je suis vraiment désolée de t’avoir oublier, je n’ai pas vu ton lien dans les commentaires quand j’ai fait le récap et je suis donc retourné sur l’atelier et j’ai vu que tu avais mis le lien le 9 mars, ceci explique cela, j’ai fait le récap le 9 au matin et j’aurais du aller vérifier si il y en avait d’autres
    Je te prie de m’excuser ….
    En plus j’aurai été degouté de manquer ton texte !!
    Il est vraiment dans le vif du sujet
    Je te rajoute de suite et pardonne moi surtout
    Gros Bisous

  3. Renée dit :

    C’est ça la campagne du coup qui devient cambrouse!!
    Mince le jeté de tronc..je connaissais pas du tout et me disais en lisant mais elle a fumer ou quoi…rire
    C’est vrai qu’on est pas mal regardé en campagne et que se faire des connaissance est super dur tant les gens peuvent être fermé…..tu as bien fait de le souligner. Et du coup tu as pleinement réussi le défi! Bisous bisous

  4. jazzy57 dit :

    Ah oui c’est cela aussi aussi la campagne mais les mentalités ne sont pas les mêmes partout il y a des villages où l’on est plus facilement accepté que d’autres .
    Bien vu pour ce défi
    Bonne journée
    Bises

  5. Quichottine dit :

    C’est vrai… on ne devient vraiment « d’ici » que lorsque nous reposons dans le cimetière…
    Jolie participation au défi, bravo !
    Bisous et douce journée.

  6. marine D dit :

    Tu sais j’ai connu les jours, plus jeune, où j’arrivais crottée après une journée de cheval avant la fermeture du magasin, si j’avais de la chance, et quand, en revanche, j’apparaissais en tenue de ville ayant fait un effort ce jour là, on me disait non sans malice ah je ne vous avais pas reconnue… Pas née au village, donc « implantée » disent-ils, je me suis habituée je n’y fais plus attention,mais je tentes d’être présentable pour ne pas donner prise, enfin comme je suis, sans recherche le plus simple étant pour moi le mieux, parfois avec un béret coloré sur la tête quand je suis très mal coiffée…
    Mon père avait acheté cette maison en 1947 et nous y venions en vacances depuis, mais bon sans doute tenant mes distances les personnes ne me font pas de réflexion à présent que je suis une mamie !
    Reste comme tu es Croc, et laisse flotter les rubans ! Bisous

  7. Yvette dit :

    Ah! super cette façon de raconter Ta campagne. Il y a c’est vrai du pour et du contre. Moi j’ai vécu en pleine cambrousse en Algérie, en caserne en France, en ville, en banlieue et maintenant en campagne. Et c’est en banlieue que je me suis trouvée le mieux, maison avec jardin , mon mari, ma fille, le bonheur! Mais tout a une fin, je suis en campagne et je ne m’ennuie pas, loin de là, mais c’est mortel.
    les mentalités ne sont pas les mêmes suivant les lieus!!
    quand je suis arrivée chez ma fille, j’ai rendu visite à une dame que je n’avais pas vu depuis plus de 20 ans. « Ah mais je me demandais bien à qui était cette petite voiture bleue qui passait dans notre coin!! » Voilà c’est ça la campagne aussi!
    bonne soirée Croc

Répondre à Ghislaine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *