Journal – chap.1

Jour 2. Que voulez vous dire, qu’il me demande Facebook. Je veux dire à mes enfants et à leurs potes de rester chez eux, et de ne pas recevoir de visites, ça me dévasterait de vous savoir atteints et de ne pas pouvoir être avec vous. Je veux dire que je considère toutefois les coiffeurs comme indispensables à la vie de la nation et au moral de la plèbe et je me demande si manu et sa bonne femme vont s en passer pendant 2 semaines, si ce n est plus. Je veux dire qu a la lecture des news on n a qu’une envie, c est de se flinguer pour accélérer les choses. Je veux dire que je me demande ou sont les flics en ce moment alors qu’une bande de vandales fait du moto-cross dans les bois avoisinants , et ce coup ci je ne retiendrai pas Nelson s il fonce dans le tas. Je veux dire enfin et je le dis pour la première fois de ma vie, moi qui suis agnostique : que Dieu vous garde 😘😘

Jour 3. 17°, grand soleil, rouge gorges, grives, et autres s’époumonent. Café sur la terrasse. Flemme. Même pas honte.

Jour 4. Je vire Google news de mes applis On n’y parle que du coronavirus, et plus du tout des robes de Laetizia d’Espagne ou des tenues de Megan Markle ou encore des coiffures à essayer pour aller en boite. C’est déprimant.

Jour 5 . Mon congélo n’étant pas extensible, s’est posée la question cruciale du pain. Munie donc du précieux sésame, je descends au ravitaillement. La boulangerie dévalisée, je me rabats sur la grande surface locale Chez Edouard, 15 personnes font la queue sur le parking. Demi tour, donc pas envie de poireauter au milieu d’autres gens . Lidl étant 100m plus loin, et sans file d’attente, allons y. Incroyable le nombre de gens que j’ai vus dans ce magasin, munis de masques, de ceux qui sont introuvables. Je m’interroge : où les ont ils trouvés ? Par contre, conversation très sympathique avec la jeune femme à la caisse : » il est joli, votre masque, avec ces petites fleurs et ce galon, fait maison ?  » oui, bien sûr, c’est évident. Je n’aurais jamais cru avoir a tenir un jour ce genre de propos…..

Jour 7. Ce que je veux dire , eh bien que, quand on a le bonheur de vivre dans le Sud, entourée de cyprès et qu’on a le malheur d’être totalement allergique au pollen, qu’on a la chance de pouvoir marcher des kilomètres dans la propriété et qu’on est affligée de sciatique et d’arthrose chroniques, et bien quand on lit les symptômes du covid, yeux rouges, qui coulent, toux, courbatures, on a un moment d’angoisse 😄😄 moralité : ne pas lire les messages d’info qui pullulent sur les résosossiô 😂😂

Jour 8 : j’ai entendu une voiture, là-bas, sur la route !

Jour 9. Nous en sommes à la 3e mouture de leur fichue attestation. Donc 3 choses me viennent à l’esprit : il est où l’esprit écolo, préservons la planète, les arbres, la nature etc etc avec la somme de papier et d’encre que cela suppose de gâcher simplement pour aller faire lever la patte à Médor ? Et elle sert à quoi cette attestation, par exemple je déclare que je vais faire des courses, mais je vais simplement faire un bisou à la copine au village d’en face, a moins que les pandores ne me fassent ouvrir mon coffre, je vois pas … Et si les clowns du gouvernement sont infichus de décider en une seule fois de la mouture d’une simple feuille A4, imaginez la rédaction des nouvelles dispositions de la retraite . .

Jour 10 : Finalement, j’ai investi dans ces merveilleux stylos paper mate, nantis d’un capuchon gomme qui permet d’effacer l’encre dudit stylo pour réécrire par dessus. Voilà voilà. Vous remarquerez que je vous raconte cela d’une façon tout à fait désinvolte, comme s’il était anodin d’aller acheter lesdits stylos, comme on pouvait le faire dans une autre vie, sans se livrer à un cérémonial d’attestation à imprimer (et qui n’a servi à rien, pas un contrôle !), de mains à désinfecter, de masque (fait maison) à enlever avec précaution. Je vous rassure, j’ai profité d’une descente à la pharmacie (traitement à renouveler, doliprane, collyre pour pauvres yeux martyrisés par le pollen) pour faire un saut chez mon ami Edouard, juste à côté.

Pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à Journal – chap.1

  1. fanfan2B dit :

    Nous avons juste oublié d’acheter le papier pour l’imprimante.mais comme on sort le moins possible , ce n’est pas un problème. Oui, ces attestations sont débiles.Tous ceux qui veulent sortir deviennent sportifs tout à coup …
    Il y aura toujours des inconscients qui se grouperont, se croyant plus forts que le virus.
    Mon fils aîné l’a eu ; je n’ai pas vécu pendant 5 jours, d’où l’effet papillon … tension ..;hôpital … Bon j’essaie de relativiser maintenant. Je n’écoute plus les infos . Bon week end

  2. Quichottine dit :

    Ensuite, on tombe en panne d’encre pour l’imprimante…
    Mais bon, on peut toujours les recopier, sauf si le stylo tombe en panne aussi.
    Tu m’as fait rire avec ce journal, mais j’espère que tu prends bien soin de toi.
    Bisous et douce soirée.

  3. Renée dit :

    Du momment que tu peux imprimer autant d’attestation que tu veux je vois pas ce que ça peux changer…..
    Ceci dit triste période mais contente de voir que tu reprend un peu le blog…..Fallait-il ça? Bisous toi

  4. Je suis d’accord pour les attestations. Je les réduis pour en imprimer 2 sur une page pour économiser le papier et les arbres. J’ai aimé ce journal de confinement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *