Pas d’idée pour le titre …..

Par pure paresse, aujourd’hui, je ferai d’une pierre deux coups en conjuguant le D de Domi, avec les mots Désir, Délire, Dope avec la consigne de Ghislaine : trouver plusieurs mots, au moins 5, commençant par PRE

Lorsque je t’ai connue, nous étions encore jeunes, uniquement préoccupées de nous amuser, pleines d’un grand désir de vivre, tout simplement. Nous avions nos amis et relations , prêts à répondre présents à toute perpective de fête ou de joyeux délire; nous prenions le temps toutefois de nous préserver quelques moments de tranquillité pour reprendre nos forces ou nos esprits lorsque nous avions trop présumé de notre résistance, ce que fût pour de longues soirées bien arrosées, ou d’encore plus longues escapades en randonnée,  ou des parties de baignade dans un lac perdu au milieu des bois, avec nos enfants, préadolescents dont déjà le caractère laissait présager de leurs futures personnalités et rien, à cette époque, ne laissait prévoir que nous pussions être un jour ou l’autre séparées.

Notre amitié m’était infiniment précieuse, mais parfois, ton comportement me laissait pressentir qu’il serait un jour préférable de prendre un peu de distance dans cette presque symbiose. Des extravagances, de plus en plus prédominantes, des prestations prétentieuses, c’est le mot, préludes à une attitude à la fois prédatrice et destructive, de longs prêches incohérents, précédant sans préambule des crises de larmes et des périodes d’abattement, se manifestaient de plus en plus souvent. Je restais désarmée et surtout préparée au pire, quel que ce pire pût être. Jusqu’à ce jour fatidique où tu fus hospitalisée, internée d’office à la requête de tes parents, préoccupés, inquiets, perdus, devant l’évidence : tu étais prisonnière de ton amie préférée mais maléfique la dope.

Et lorsque tu retrouvas ta liberté, tu n’étais plus la même : méchante, aigrie, menteuse, voleuse, pleine de préjugés et d’idées préconçues. Sans précautions, tu prenais plaisir à détruire amis, famille.

Alors, vois-tu, tenant à préserver le souvenir que j’avais d’une grande amitié, lorsque tu commenças à te prélasser à demi-nue devant mes fils et mon compagnon, et pas trop pressée de te laisser me malmener, j’ai préféré prendre mes distances, solution d’ailleurs préconisée par tes proches. Et je ne prendrai pas de détours pour te dire que je préfère nettement que nos relations soient ce qu’elles sont présentement, c’est-à-dire totalement inexistantes !

Amour, Amitié, Absurdité

alphabet          Pour répondre à Domi, qui nous demande  ce que nous inspirent les 3 mots en titre, je serai brève en déplorant l’absurdité de la vie, et de son éternelle comparse la mort,  qui font disparaitre toujours trop tôt ceux que nous admirons, telle cette grande et belle dame que l’on voit sur la vidéo qui accompagne une de mes chansons préférées de Pierre Vassiliu : Amour, Amitié

2017

bonne-annee-2017-fermeture-glissiere2017 pointe son nez ce n’est pas trop tôt.

Au vu de l’hécatombe que 2016 a vue survenir sur tous les plans : politique, humain, artistique, aujourd’hui je me contenterai de vous souhaiter de célébrer dignement la fin de cette année de merde ….. et advienne que pourra dans les prochains 366 jours !

Et puis, si… permettez moi de reprendre ici les voeux magnifiques de Monsieur Brel :

voeux-brel

Arsenic A l’Antique

Pour les recettes de cuisine de Melle Domi (clic)

J’AvAis d’Abord pensé à vous proposer  d’Accommoder des Asperges au jus de chat, selon Alf, mon extrA-terrestre fAvori, puis j’ai réAlisé que les Amis des Animaux n’apprécierAient peut-être pAs.

J’ai donc farfouillé parmi les recettes anciennes, et je vous propose aujourd’hui, de travailler l’Arsenic, comme dans l’Antiquité:

Arsenic en pudding:
Dans un grand bol de strychnine
Délayez de la morphine
Faites tiédir à la casserole
Un bon verre de pétrole
Oh, je vais en mettre deux !

Quelques gouttes de ciguë
De la bave de sangsue
Un scorpion coupé très fin
Et un peu de poivre en grains
Non !
Ah ?! Bon…

Émiettez votre arsenic
Dans un verre de narcotique
Deux cuillères de purgatif
Qu’on fait bouillir à feu vif
Oh, je vais en mettre trois

Dans un petit plat à part
Tiédir du sang de lézard
La valeur d’un dé à coudre
Et un peu de sucre en poudre
Non !
Ah ?! bon !

Vous versez la mort aux rats
Dans du venin de cobra
Pour adoucir le mélange
Pressez trois quartiers d’orange
Oh, je vais en mettre un seul

Décorez de fruits confits
Moisis dans du vert de gris
Tant que votre pâte est molle
Et un peu de vitriol
Non ! Oui !!!
Ah, je savais bien que ça serait bon

Le pudding à l’arsenic
Nous permet ce pronostic
Demain sur les bords du Nil
Que mangeront les crocodiles ?

Des-Gau-lois !

Grüü grüü

Un trop rare soleil ayant daigné se montrer hier, mais trop paresseuse pour aller faire ma marche quotidienne dans la campagne,  j’ai chaussé mes baskets pour aller faire un tour et jouer les touristes dans ma bastide, ce que je n’avais plus fait depuis une éternité. (Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse et frère de Saint Louis,  décida de fonder en 1270 une bastide en ce lieu. Elle devenait ainsi au XIIIe siècle un verrou entre les territoires français et anglais. Une bastide (de l’occitan bastida) est le nom désignant trois à cinq cents villes neuves, fondées majoritairement dans le sud-ouest de la France entre 1222 et 1373, réparties sur 14 départements (15 avec le Puy-de-Dôme et Montferrand). Entre la croisade des Albigeois et la guerre de Cent Ans, ces fondations répondent à un certain nombre de caractéristiques communes d’ordre politique, économique et architectural, correspondant à un essor urbain exceptionnel en Europe à cette époque.)

Quand j’ai entendu ces cris si caractéristiques « Grüü grüü », qui m’ont fait lever les yeux au ciel, me faisant regretter en même temps de n’avoir que mon téléphone pour faire des photos. Mais j’ai eu de la chance, elles volaient bas, tournant en rond, cherchant le courant d’air chaud qui les aiderait à poursuivre leur vol vers le nord : les grues commencent à passer ! Leur migration hivernale a été courte, j’ai vu le dernier vol vers le sud fin novembre.

DSC_4974SMDSC_4973

Tag !!

Mon amie Renée m’a taguée !! Cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivé. Je me demande si maintenant le qualificatif d’amie reste justifié ??? 😀

Voici les règles du jeu, et mes commentaires dans les parenthèses (avec la réforme de l’ortografe, les H sont-ils maintenant nécessaires?) :

1-Remercier le blogueur qui vous a nominé et créer un lien vers son blog. (Renée, je ne te remercie pas)
2- Nominer jusqu’à 11 autres blogueurs à ce Liebster Awards 2016. (Je vais avoir du mal, j’expliquerai pourquoi)
3-Répondre aux 11 questions du bloggeur qui vous a nominé. (Volontiers)
4- Livrer à vos lecteurs 11 aspects de vous. ( Ca fait double emploi avec la précédente, non ?)
5- Donnez à vos candidats 11 questions auxquelles ils doivent répondre sur leur blog, lorsqu’ils publient leur nomination. ( Pffft, la colle !)

Voici donc les questions et mes réponses :

  1. Ou irais-tu juste maintenant si tu pouvais ? la question ne se pose même pas : retourner sur une île, au soleil,même avec les cyclones !
  2. Avec qui, quoi ? Avec l’Homme, ma tribu, mon PC et des panneaux solaires !
  3. Ta grande passion ? Les chiens, les livres
  4. Ce que tu déteste le plus ? Une bonne partie des humains, qui ne justifient plus ce qualificatif
  5. Ta saison ? Pas l’hiver !
  6. Combien de temps sur l’ordi ? 2 à 3h par jour
  7. l’inspiration facile ? Ca dépend des jours.
  8. Rebelle ou sage? rebelle, toujours !
  9. La  vie  de rêve c’est quoi pour toi? retour à la question 1 😉
  10. As-tu réalisé un de tes rêves justement ? Oui, vécu 7 ans sur une île magnifique et grandiose
  11. Ces questions, indiscrètes, pour toi ? Non, j’ai connu pire 😀

Ceci étant fait, je ne peux taguer Jazzy, Du bon côté des choses, qui y a déjà eu droit, ni Domi , qui va bien, Renée m’ayant devancée, pas davantage Florence, la testeuse, pour la même raison, Je ne sais pas si Fanfan, notre joyeuse retraitée corse voudrait jouer le jeu, idem pour les deux Martine, celle qui possède un Carnet à Malices, ou celle qui vit sur Le Quai des rimes. Je pense que Titi, sur Deux Zailes ne cèdera pas à la provocation , pas plus que l’Ecureuil Bleu, qui nous donne Une bonne Nouvelle par jour. Dame Quichottine, te sens-tu d’humeur à participer ? Kri, et Hatshop répondrez vous en photos ?

Voilà, j’ai cité 11 blogs que je vous recommande d’aller visiter si vous ne les connaissez pas déjà. Vous pouvez, si le coeur vous en dit, désigner de nouvelles victimes, et,  éventuellement, soit sur vos blogs, soit ici, me dire ce que vous répondriez à :

1 – Voyages ou casanière ?
2 – Ecriture ou photos?
3 – Réincarnée en animal, ce serait ?
4 – Défauts rédhibitoires, pour vous ?
5 – Lecture ?
6 – Si oui, un livre culte ?
7 – Ville, mer, campagne ou montagne ?
8 – Indépendante, sociable, solitaire ?
9 – Passionnée par une cause, une idée ?
10 – Une phobie ?
11 – Ya pas !!! Ah si !! Téléphage, cinéphile ?

Et voilà, pensum terminé !!!!

Tu lis ?

Un de mes vieux blogs végète sur une autre plate-forme, et je pense sérieusement à le fermer, mais j’ai la faiblesse d’aimer bien certains billets. Cette plate-forme ne permettant pas, au contraire de WordPress, de sauvegarder le blog, je pourrais enregistrer page par page, mais c’est laborieux, et ça fait des fichiers à n’en plus finir. Alors les jours de grande flemme, ou de manque d’inspiration, comme aujourd’hui, par exemple, je vais à la pêche, sur ce vieux blog, et un copié-collé, et hop ……. Donc, en ce jour pluvieux et gris, encore, je vais vous demander comment vous lisez : exhumation d’un vieux tag, actualisé en ce qui concerne l’item 18 …

1- Corne ou marque-pages : jaquette, s’il y a , ou tout ce qui me tombe sous la main, y compris les lunettes loupe
2- As-tu déjà reçu un livre en cadeau ? souvent, j’adore les livres.
3- Lis-tu dans ton bain ?  je n’ai pas de baignoire, ça serait dur sous la douche
4- As-tu déjà pensé à écrire un livre ? A l’intention de ma famille, et quelques copains qui ne comprenaient pas notre amour pour Madagascar, j’ai fait deux recueils de notre vie au jour le jour là-bas. Pour mes enfants, j’ai fabriqué un petit bouquin intitulé « recettes pour gourmands paresseux » dans lequel j’ai compilé les recettes des plats qu’ils aiment. En souffrance, un livre qui s’intitulera « Amours », qui comportera 3 nouvelles : une terminée et publiée sur ce blog, les deux autres sont en route, mais …..
5- Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?  si le sujet me plait, oui !
6- As-tu un livre culte ? non, pas vraiment. Ah si, Faerie, de Feist, ou quand le petit peuple voisine avec une famille de citadins qui débarquent en rase campagne
7- Aimes-tu relire ? Oui, souvent je me replonge dans un livre pour relire tel passage que j’avais aimé
8- Rencontrer ou non les auteurs des livres qu’on a préférés ? bof, non
9- Aimes-tu parler de tes lectures ? Pas vraiment, ou alors, ça donne : « tiens, lis ça»
10- Comment choisis-tu tes livres ? l’auteur, d’abord, puis la couverture, c’est idiot ! Puis lecture des premières lignes…….
11- Une lecture inavouable ? je n’avouerai pas mon honteux penchant pour une série historico-aventuro-romanesque, située dans l’Ecosse du XVIIIe, et de nos jours en Ecosse et aux Etats Unis. Même Mr Croc, qui n’est pas un grand lecteur, a dévoré les 4 pavés qui constituent cette saga.
12- des endroits préférés pour lire ? je lis partout :  face à la mer, ou au soleil, étalée dans l’herbe, au lit, j’adore
13- Lecture en musique ou en silence ? musique ou silence, mais sans bla-bla, surtout
14- Lire un livre électronique ? non, il me faut l’odeur et le toucher des pages. Et puis mes yeux n’aiment plus tellement fixer longuement un écran
15 – Un livre pour toi ce serait ? l’évasion, la découverte
16- Lire par dessus l’épaule ? Moi de quelqu’un, jamais ! de quelqu’un sur moi, je flingue !
17- Lire et manger ? oui, mais seulement magazines, BD
18- Quel est le titre que tu lis actuellement, quel sera le prochain ? je viens de finir  « La bibliothèque des coeurs cabossés » de Katarina Bivald – ce n’est absolument pas un bouquin à l’eau de rose comme le titre pourrait le laisser supposer. D ‘ailleurs, on vous dit tout chez Denoel (clic) et chez Babelio (re-clic)–  et je vais attaquer « Raison et sentiments » de Jane Austen, pour ne pas mourir idiote et essayer de comprendre pourquoi elle est l’auteur si souvent citée dans la littérature américaine.
19- As-tu déjà abandonné la lecture d’un livre ? oui, si je n’accroche pas après la 10e page, c’est fichu !

20 – Ya pas. mais vous, ça vous dit, de prendre le relais ?